L'une des premières affiches de Carmen
L'une des premières affiches de Carmen

Première représentation de Carmen

L'histoire...

En 1875, le compositeur français Georges Bizet possède déjà une certaine réputation. On le connait pour ses opéras comme « Les pêcheurs de perles », en 1863, ou « L’arlésienne », en 1872.

Sur les conseils avisés de Camille du Locle, le directeur artistique de l’Opéra-Comique de Paris, que Bizet se lance, en 1873, dans la composition d’un opéra inspiré d’une nouvelle de Prosper Mérimée publiée en 1847 et intitulée « Carmen ». Le récit raconte la passion dramatique d’un contrebandier basque, Don José, pour une belle bohémienne nommée Carmen.

Bizet confie l’écriture du livret à deux auteurs, Henry Meilhac et Ludovic Halévy. Ceux-ci vont produire près de 1200 pages, en apportant quelques modifications au texte de Mérimée. Ils créent notamment le personnage de Michaëla, la fiancée de Don José.

Bizet est très inspiré par cette œuvre. Il parvient à composer une musique que l’on qualifiera plus tard de « passionnée », « colorée », « frissonnante », aux « multiples rebondissements ». Il n’hésite pas à puiser dans une œuvre intitulée la « Paloma Habanera », un recueil de chansons écrites et publiées quinze ans plus tôt par un certain Sebastian Yradier. C’est de l’une de ces chansons, « El Arreglito » qu’il s’inspire pour composer le fameux air : « L’amour est enfant de bohème… »...

Le 3 mars 1875, l’Opéra-Comique lève son rideau  sur la première représentation de « Carmen ». Le rôle principal est confié à une célèbre mezzo-soprano de l’époque, Célestine Galli-Marié, et celui de Don José au chanteur Paul Lhérie.

Cette première n’est malheureusement guère appréciée du public. Bizet mourra trois mois à peine après cette représentation. Mais le succès sera finalement au rendez-vous. « Carmen » devient extrêmement célèbre et parvient à acquérir une réputation internationale, offrant à son compositeur une notoriété mondiale qu’il n’a jamais connue de son vivant.

Aujourd’hui, « Carmen » est peut-être l’opéra français le plus connu et le plus joué dans le monde.

Pages :  1